• DESTINÉE DE L'AMOUR

     

     

     


     

    DESTINÉE DE L'AMOUR 

    Christian Schloe

     

     

    Destinée de l'Amour

      

    Mon Bien-aimé m'avait demandé de l'attendre sur le chemin ; 

    Il me fit un cadeau, pour apaiser mon chagrin. 

    "Prends ce livre d'une odeur enivrante, 

    Cette œuvre est comme une huile bienfaisante, 

    Elle raconte l'histoire d'une humanité naissante. 

    En mon absence, lis la chaque jour, 

    Jusqu'à mon retour. 

    Sonde les écritures, 

    Elles parlent du passé et du futur, 

    De conflits et d'amour, 

    C'est l'histoire d'un peuple exilé et de sa bravoure ; 

    Ce livre est divin, 

    Toutes mes instructions sont inscrites dans ce livre Saint. 

    C'est un chant qui s'envole vers les cieux, 

    Il est l'héritage donné à tes aïeux. 

    Tu entendras parler de guerres, 

    De folies meurtrières, 

    Mais, sache que toujours l'âme d'Abraham volera sur Salem, 

    Que la Cité de David sera toujours Jérusalem. 

    Te chercher, je reviendrai, lorsque tout sera accompli !"  

    Les feuillets de l'écrit ont jauni, 

    Toujours, je l'ai gardé comme un précieux ami. 

    J'arrive aux dernières pages, 

    Les nations terminent leur voyage, 

    Je serrais contre moi, le livre, à mon esprit, si doux,

    Pourquoi tardes-tu mon époux ?  

    J'avais compris que mon Bien-aimé était parti en guerre, 

    Que bientôt, il allait revenir, telle une fulgurante lumière. 

    J'aspirai à ce jour, mon chemin devenant bien sombre, 

    Mais toujours, de mon Bien-aimé, pas l'ombre. 

    Les Nations s'étourdissent, 

    Les Nations, de reproches, s'agonissent.

    Je pris peur devant l'âne indompté,

    Je pris peur devant tant de cruauté 

      Soudain, j'ai hurlé, j'étais effrayée ! 

    J'arrivais à la fin du livre à la couverture usée, 

    Ainsi devait s'achever l'histoire de l'humanité. 

    Mon Bien-aimé, à la robe tachée de rouge, est venu me chercher, 

    Sous son aile, il m'a transportée, en un éclair, 

    Là où son peuple, la prunelle de ses yeux, l'attendait depuis des millénaires ;

      J'ai refermé le livre, 

    Vivre pour enfin vivre, 

    Unis dans un élan d'amour, 

    Notre Bien-aimé est de retour,

    Oh ! Jérusalem, Jérusalem 

    Voici ton époux, celui qui t'aime !

     

      Anagallis

    Copyright France ©EZBU4BA-1

     

    Puis, je vis la sainte cité, la nouvelle Jérusalem, descendre du ciel d'auprès de Dieu, préparée comme une jeune mariée vêtue de beaux habits pour son époux. Et j'entendis du trône une voix forte qui   disait : voici la Sh'khinah de Dieu est parmi les hommes, et il vivra avec eux ; ils seront ses peuples, et Dieu sera lui-même avec eux, il sera leur Dieu. Et Dieu essuiera toutes larmes de leurs yeux. Il n'y aura plus de mort, il n'y aura plus ni deuil, ni pleurs, ni douleur car l'ordre ancien des choses est passé.

     

    « LE SATISFAITLES FLEURS DE LA MÉMOIRE »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :